6

Le crowdfunding. Comment ça marche ?

Investissements participatifs, crowdfunding, Babyloan, Digital Coproductions, FriendsClear, Jaimelinfo, Kiss Kiss Bank Bank, My Major Company, My Major Company Book, ulule, WiseedAussi appelé levée de fond participative ou encore production communautaire, le crowdfunding est une technique de financement qui consiste à faire appel à des particuliers afin de soutenir des projets de tout type.

Ce modèle économique n’est pas récent mais il connait un nouvel essor avec la montée en puissance des nouvelles technologies de l’information. Il a surtout bénéficié de l’énorme battage médiatique autour du succès  de l’album de Grégoire (1er artiste produit par My Major Company et plus grosse vente de l’année 2008 en France). Il faut savoir que les producteurs du 1er album du chanteur ont gagné jusqu’à 17 fois leur mise de départ. Difficile de trouver meilleure publicité !

Les secteurs d’activité concernés

Vous pouvez trouver sur Internet deux types de plateformes participatives : des sites de collecte de fonds généralistes (Ulule, KissKiss BankBank, My Major Company…) mais aussi des sites spécialisés dans des domaines aussi variés que l’entrepreneuriat (Wiseed), le micro-crédit (Babyloan), les spectacles (My Private Joke)…

De plus en plus de secteurs d’activité sont séduits par ce mode de financement qui est en train de trouver sa place à côté des modèles plus traditionnels.

Comment investir ?

C’est très simple !

  • Créez gratuitement votre profil sur un site de crowdfunding (voir plus bas notre sélection des meilleures adresses)
  • Parcourez les différents projets proposés
  • Sélectionnez votre coup de cœur
  • Misez la somme de votre choix (la majorité des plateformes proposent des souscriptions à partir de quelques euros)

Qu’est ce qu’on y gagne ?

Les plateformes suivent deux philosophies bien distinctes en ce qui concerne la rémunération.
Il y a celles qui proposent de reverser un pourcentage sur les bénéfices. Par exemple sur My Major Company Books, les internautes-investisseurs obtiennent 25% des recettes nettes générées par les ventes de l’ouvrage qu’ils financent plus 5 % des cessions de droits (format poche, traduction étrangères, adaptation ciné…)
D’autres sont plus dans une logique de mécénat. Les contributeurs peuvent éventuellement obtenir des contreparties plus ou moins intéressantes en fonction des montants investis. Exemple sur Kiss Kiss Bank Bank avec un styliste Lyonnais cherchant des financements pour organiser un défilé de mode sur Lyon offre une entrée VIP pour sa soirée à ses plus gros investisseurs.

Nos conseils

  1. Achetez des parts sur plusieurs projets afin de répartir les risques. L’un d’entre eux pourrait bien être le succès de demain.
  2. Faites le buzz autour de vos « poulains ». Parlez-en à vos amis, sur les réseaux sociaux, dans les forums. Si vous parvenez à convaincre quelques investisseurs ils peuvent à leur tour participer au recrutement de nouveaux membres et ainsi de suite.
  3. Un de vos coups de cœur ne vous passionne plus ? Si son seuil minimum d’investissement n’est pas encore atteint, n’hésitez pas à récupérer votre mise ou à la réinvestir sur un autre projet.

financement participatif, investissement participatif, crowdfunding, crowfunding, Babyloan, Digital Coproductions, FriendsClear, Jaimelinfo, Kiss Kiss Bank Bank, My Major Company, My Major Company Book, ulule, Wiseed

L’avis « Show me the money »

Pour moi le crowdfunding est avant tout l’occasion d’investir de manière ludique dans des univers qui m’intéressent.

En 2010 j’ai pris des parts dans le roman d’un écrivain et j’ai pu ainsi suivre pendant quelques mois toutes les étapes liées à l’édition du livre : de la phase d’écriture jusqu’à sa mise en vente et sa promotion en passant par la validation du titre, le choix de la couverture. Cela a été une expérience vraiment enrichissante de pouvoir découvrir l’envers du décors, d’échanger avec des investisseurs venus de différents horizons.

Cela m’a aussi un peu responsabilisé par rapport à ma tendance à vouloir du tout gratuit. Toute oeuvre a un coût et le fait de participer à son financement et de voir son avancement a été une bonne piqûre de rappel.
Et puis il y a le plaisir de recevoir par la Poste en avant première un exemplaire de l’ouvrage, dédicacé par l’auteur. C’est agréable pour son égo de se dire que l’on n’a pas été uniquement un consommateur mais aussi un contributeur.

Par contre d’un point de vue financier je ne peux pas dire que j’ai fait une excellente affaire. Certes je suis rentré dans mes frais et j’ai même gagné un peu d’argent mais par rapport au temps que j’ai passé sur ce projet ce n’était pas un placement très rentable.
Pourtant je compte reconduire l’expérience très prochainement. J’aime l’idée que des porteurs de projets puissent trouver des financements grâce à la communauté. Financements qu’ils n’auraient probablement pas obtenu des banques, qui sont de nos jours de plus en plus frileuses pour prêter de l’argent et offrir un prêt personnel à des conditions intéressantes.
J’ai prévu d’investir dans une start-up par l’intermédiaire de Wiseed et de financer un auto-entrepreneur avec Babyloan. Je ne manquerai pas de vous faire part de ces expériences dans de futurs articles.

Points forts

  • L’opportunité de financer et de participer à de beaux projets
  • Le ticket d’entrée est très faible. Vous pouvez décider de ne miser que quelques euros

Points faibles

  • Ce sont des placements à risque. Vous ne gagnerez pas à tous les coups
  • Vos parts peuvent être bloquées plusieurs mois, voir plusieurs années, avant de commencer à vous rapporter de l’argent

Notre sélection des meilleurs sites d’investissements participatifs


Articles associés :

Rubrique: Investissements participatifs Tags: , ,

6 réponses to "Le crowdfunding. Comment ça marche ?"

  1. Sophie dit :

    Salut Fabrice,

    C’est une méthode d’investissement pouvant être très intéressante, cependant les deux points négatifs soulevés sont importants à prendre en compte. Même s’il s’agit de petites sommes, on préfère toujours que son argent puisse être débloqué rapidement et le risque est très important. A mon avis, l’idéal est d’investir sur des coups de coeur, seulement des petites mises pour éviter de trop perdre.
    Sophie Articles récents..Le LEP offre-t-il une bonne rémunération ?My Profile

    • Fabrice dit :

      Bonjour Sophie,

      Lorsque l’on se lance sur ce type de projets il ne faut pas en effet chercher à gagner de l’argent à tout prix.
      La dimension affective est essentielle lorsqu’on pratique le crowdfunding.
      En ce qui me concerne, je pars du principe que la somme que je verse est en quelque sorte un don qui va aider un artiste, une association, une start-up à se lancer…
      De cette manière si je rentre dans mes frais, voir si je gagne de l’argent, c’est tout bénéfice pour moi.

  2. Ronan dit :

    Je m’étais intéressé à ce sujet dans l’optique de faire quelques investissements, mais le gain reste très faible même si le projet est totalement financé et lancé, sauf dans de très très rares cas.

    D’ailleurs certaines plateformes le précisent clairement en disant que l’objectif n’est pas un gain financier, mais plutôt d’aider un artiste qu’on aime ou un projet auquel on croit.
    Ronan Articles récents..Conjoint collaborateur : tout savoir sur ce statutMy Profile

    • Fabrice dit :

      Hello Ronan,

      Le problème c’est que les médias généralistes ont communiqué sur ce concept de financement en prenant comme exemple l’un des rares projets qui a rapporté énormément d’argent à ses participants (le premier album de Grégoire). Je me souviens d’une intervention du présentateur vedette de BFM Business, Stéphane Soumier, qui citait en boucle les sommes importantes gagnées par d’un des producteurs de l’album, qui avait mis il faut le dire mis le paquet sur ce chanteur.
      A partir de là, dans l’esprit du grand public le crowdfunding a été considéré comme un nouvel eldorado permettant de gagner plein plein de sous en s’amusant.
      Et bien évidemment depuis, beaucoup ont déchanté.

      Comme je l’ai répondu à Sophie, l’investissement participatif est avant tout un placement affectif. Il ne faut pas se lancer si on cherche à tout prix à le rentabiliser.
      Par exemple, en ce moment je soutiens un groupe de pop électro français qui vient d’entrer en studio. Si j’ai pris des parts pour financer leur album c’est parce que j’adore leur style musical et leur état d’esprit. J’espère pouvoir écouter un jour leur 1er opus en me disant que j’y ai joué un minuscule rôle. Après s’ils arrivent à avoir en plus du succès, cela fera les affaires de mon compte en banque.

  3. alain dit :

    Merci de promouvoir par votre article le concept du crowdfunding et du crowdsourcing.
    Pour compléter votre sélection de sites participatifs vos lecteurs peuvent consulter aussi l’annuaire du crowdfunding mis en ligne sur le site http://www.alloprod.com.

    Notre devise : misez sur le talent !

    • Fabrice dit :

      Avec plaisir Alloprod :-)

      Je suis allé consulter votre annuaire de Crowdfunding et il est vraiment très complet. Vous avez accompli un sacré travail.

Laissez une réponse

Validez

CommentLuv badge

Proudly designed by Theme Junkie.